Comment traiter l’incontinence urinaire chez l’homme ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



L’incontinence urinaire est la perte involontaire d’urine chez l’homme. C’est presque toujours une conséquence d’un traitement médical ou chirurgical. On parle de phénomènes iatrogènes.

On distingue deux formes d’incontinence urinaire : l’incontinence urinaire aux efforts et l’incontinence urinaire d’impériosité. Il s’agit d’un problème sanitaire non négligeable. Il est donc justifié que nous portions une attention considérable sur ce problème. Cet article se voue aux informations essentielles sur le traitement de l’incontinence urinaire de l’homme.

Comment traiter l’incontinence urinaire chez l’homme ?

Examens préconisés pour traiter l’incontinence urinaire de l’homme

Les examens servent généralement à trouver l’origine de la maladie dans le but de lui appliquer le meilleur traitement. Pour ce qui concerne l’incontinence urinaire, les examens à faire sont les suivants :

  • Un examen cytobactériologique des urines : il permet de déterminer la présence ou non d’infection urinaire.
  • Un calendrier mictionnel : c’est un relevé de recueil pendant 3 jours consécutifs à votre domicile, des horaires et des volumes de chaque miction.
  • Un test de protection permettant de quantifier les pertes d’urine. Il consiste à peser les protections portées au cours d’une journée.
  • Une fibroscopie ou cystoscopie peut être réalisée lors d’une consultation en urologie. Elle permet de déterminer l’existence ou non d’anomalie sur le long de l’urètre.
  • La mesure du débit urinaire et du résidu vésical est préconisée en fin de miction pour s’assurer de l’absence d’obstacles.

L’incontinence urinaire ne nécessite pas forcément la réalisation de l’ensemble de ces examens, mais ils peuvent permettre de préciser le mécanisme en cas de doute.

Traitement de l’incontinence urinaire de l’homme

Divers traitements peuvent permettre de venir à bout de l’incontinence urinaire.

Les traitements médicaux

L’incontinence par impériosité nécessite la prise de médicaments anticholinergiques. Ces médicaments permettent de diminuer les contractions des muscles de la vessie. Les molécules principalement utilisées sont l’oxybutynine, le solifénacine et le flavoxate.

Un kinésithérapeute de votre choix peut intervenir pour la rééducation pelvipérinéale et sphinctérienne. Votre médecin ou votre chirurgien pourra vous orienter au besoin.

Cette rééducation peut permettre de renforcer votre muscle sphincter, en cas d’incontinence urinaire à l’effort après chirurgie. Elle peut aussi vous permettre de réapprendre à coordonner les différents organes permettant une miction complète et d’éviter les fuites.

Les traitements chirurgicaux

Les traitements chirurgicaux sont principalement orientés à la correction de l’incontinence urinaire à l’effort. C’est la forme la plus fréquente chez l’homme. Les techniques chirurgicales de correction d’incontinence urinaire chez l’homme sont innovantes. Elles ont fait leurs preuves en termes d’efficacité. Il s’agit entre autres de :

  • les bandelettes rétro urétrales

Il s’agit de la mise en place d’une bandelette synthétique en arrière de l’urètre par voie périnéale. Une bandelette synthétique de polypropylène est mise en place de manière à soutenir l’urètre. Cette technique est préconisée pour les patients qui présentent une incontinence urinaire faible.

  • le sphincter artificiel

La pose d’un sphincter urinaire artificiel est préconisée en cas d’incontinence urinaire sévère. C’est un mécanisme hydraulique prothétique permettant une occlusion complète de l’urètre.

Conclusion, comment traiter efficacement l’incontinence chez l’homme ?

L’incontinence urinaire chez l’homme est un dysfonctionnement du mécanisme urinaire provoqué par un traitement médical ou chirurgical. Il peut être faible, moyen ou sévère en fonction du nombre de protections que vous êtes amené à porter par jour.

Son traitement doit être déterminé sur la base des examens préalablement faits. Il doit aussi être en fonction du type d’incontinence urinaire et de son degré de gravité pour plus d’efficacité.


Lisez aussi:

Comment soigner l’incontinence urinaire chez la femme ?

Fuite urinaire: comment y remédier par l’alimentation